On les a longtemps surnommés « Les Invisibles ». Ils tendent à l’être de moins en moins. Eux, ce sont les 11 millions de proches aidants d’une personne en perte d’autonomie. Plus de 4,5 millions d’entre eux accompagnent une personne âgée dépendante. L’actualité de ces dernières semaines montre que la reconnaissance des proches aidants avance pas à pas. Une reconnaissance de leur rôle essentiel aux côtés des professionnels du grand âge et du handicap mais également de leurs besoins d’être aidés, soutenus, soulagés, relayés.
La parution d’une récente loi sur la reconnaissance des proches aidants prévoit d'intégrer dans la négociation collective des branches professionnelles des mesures destinées à faciliter la conciliation entre la vie professionnelle et la vie personnelle des salariés proches aidants.
La ministre des Solidarités et de la Santé a annoncé qu’une série de mesures pour les proches aidants serait en réflexion cet été afin d’entrer en vigueur dès 2020. L’indemnisation du congé du proche aidant devrait être au programme. Depuis le 10 mai et jusqu’à fin 2021, des expérimentations de deux nouveaux dispositifs de répit pour les proches aidants sont lancées : le relayage et les séjours de répit aidant-aidé.
Les proches aidants sortent peu à peu de l’oubli. Pour les professionnels de l’aide à domicile, ces conjoints, enfants, frères et sœurs, amis, voisins des personnes en perte d’autonomie sont considérés, depuis longtemps, comme de précieux partenaires.
Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

27 décembre 2018
Dépression

La dépression saisonnière chez la personne âgée

La dépression saisonnière chez la personne âgée

Simple coup de blues hibernal ou dépression saisonnière ? En hiver, avec la baisse de lumière, le moral de certaines personnes âgées peut être en berne. Ce phénomène est de courte durée et n’est pas inquiétant.

 

 Il est normal de se sentir plus énergique et de meilleure humeur l’été que l’hiver. Cependant, la dépression saisonnière se manifeste de façon beaucoup plus aigue que cette légère. Ces troubles hivernaux ou troubles affectifs saisonniers sont encore plus présents chez ceux qui sortent peu (personnes âgées, malades, personnes handicapées). La dépression saisonnière est plus fréquente chez les femmes que chez les hommes.
La principale cause : le déficit de lumière. Durant l’hiver, les jours sont plus courts et la lumière est beaucoup moins intense. L’hypothalamus, glande qui régule les fonctions du sommeil, de l’appétit, de la température, du désir sexuel, de l’humeur et de l’activité, pourrait alors ne pas en recevoir suffisamment.


Reconnaître les symptômes


La dépression hivernale se traduit pas un manque d’énergie pour les activités habituelles, un état de fatigue intense besoin accru de dormir, pouvant aller jusqu’à la somnolence en journée, une suralimentation et une surconsommation d’aliments sucrés et un gain de poids; La personne âgée souffrant de dépression hivernale est aussi beaucoup plus irritable qu’à l’habitude, soumise souvent à une tristesse ou un stress injustifié.


Quelles solutions ? 


Le meilleur remède à la dépression hivernale est  la lumière du jour. Une promenade quotidienne d’au moins une heure en plein air, aux heures ou l’ensoleillement permettra Au niveau alimentaire, il est recommandé de privilégier les aliments à forte teneur en oméga 3 et vitamine D (poissons gras et fruits frais).
La luminothérapie est efficace chez 85% des personnes qui souffrent de dépression saisonnière. Elle consiste à s’exposer pendant une période variant de 30 minutes par jour à une lumière d’intensité et de spectre lumineux spécifiques, et qui est dix fois plus vive que l’éclairage domestique habituel. On peut se procurer dans le commerce des caissons lumineux produisant ce type de lumière. La lampe de luminothérapie doit bénéficier de la norme CE médical 93/42/CEE, ce qui garantie qu’elle n'envoie pas de rayons nocifs pour les yeux ou la peau, notamment des UV.