L’éternelle question du financement de la dépendance va revenir en débat, dans les semaines à venir. En juin dernier, le président de la République a promis une loi votée avant fin 2019. « Nous devons avoir un débat national, indispensable pour répondre au nouveau risque de la dépendance. Sur ce sujet, l'année 2019 sera consacrée à une loi qui sera votée avant la fin de l’année. », avait déclaré Emmanuel Macron, lors de son discours devant le congrès de la Mutualité à Montpellier.

Deux tiers des Français considèrent que l'État et les pouvoirs publics doivent "prendre en charge financièrement les personnes âgées dépendantes", et seul un tiers est favorable à une nouvelle cotisation sociale "obligatoire pour tous", selon un sondage rendu public, en mars, par la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees).

L’enjeu est de taille. D’ici à 2050, la France comptera près de 5 millions de plus de 85 ans, contre 1,5 million aujourd’hui. Face à ce choc démographique, les dépenses liées à la dépendance, estimées aujourd’hui à près de 30 milliards d’euros annuels (24 milliards d’euros en dépenses publiques, le reste reposant sur les ménages), pourraient exploser.

Un débat de société qui permettra de remettre au cœur des préoccupations le devenir des personnes âgées en perte d’autonomie.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

29 septembre 2017
Cardio-vasculaires

Surveiller ses dents, c’est protéger son cœur

Surveiller ses dents, c’est protéger son cœur

Plusieurs études affirment qu'une mauvaise hygiène bucco-dentaire augmente le risque de maladies cardiaques. Une raison de plus pour les personnes âgées de prendre soin de  leurs dents.

 

Les personnes âgées sont en première ligne pour les risques cardiovasculaires et elles sont aussi les premières, en cas de perte d’autonomie, à négliger leur santé bucco-dentaire. La vigilance est de mise d’autant plus que des études épidémiologiques ont établi qu’une mauvaise santé bucco-dentaire augmenterait les risques cardiovasculaires, comme l’athérosclérose ou l’accident vasculaire cérébral (AVC). Il existerait en effet une relation étroite entre les maladies bucco-dentaires (caries, gingivites, parodontites) et les maladies cardiovasculaires.

Quel rapport entre les dents et le cœur ?

 

Comme l’explique l’Union française de la santé bucco-dentaire (UFSBD), « une carie non soignée tout comme une gencive malade sont de véritables portes d’entrées pour des bactéries ou des toxines. Les bactéries présentent dans la bouche peuvent migrer dans la circulation générale et venir se greffer sur votre cœur avec un risque d’endocardite. L’endocardite est une inflammation de la paroi qui tapisse le cœur et les valves cardiaques, cette maladie infectieuse peut être mortelle. Les maladies de la bouche sont les premières causes d’endocardite infectieuse ».  

 

Les personnes qui souffrent de gingivite (inflammation de la gencive) ou de parodontite (inflammation des tissus qui entourent les dents) sont donc plus susceptibles de souffrir d’athérosclérose. La raison ? Certaines des bactéries qui s’infiltrent entre les dents peuvent migrer dans tout le corps via la circulation sanguine et causer une inflammation qui entraîne l’obstruction des artères.


Si vous souffrez d’une maladie cardio-vasculaire, il est nécessaire d’en informer votre dentiste. Donnez-lui aussi la liste des médicaments qui vous ont été prescrits par votre médecin.