Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a présenté le 30 mai sa feuille de route pour les personnes âgées. L’objectif est double : améliorer dans l’immédiat la qualité de vie des personnes âgées; anticiper et faire face au défi de la perte d’autonomie.

Le gouvernement s’engage notamment à déployer un « plan global d’aide aux aidants » qui devrait comprendre les mesures suivantes : la mise à disposition d’une information exhaustive sur les dispositifs existants; le développement de solutions de répit adaptées aux besoins des aidants, y compris à domicile; le développement de l’accueil de jour et de l’hébergement temporaire pour les personnes âgées; l’amélioration des conditions de l’articulation entre vie professionnelle et soutien aux personnes âgées. 

La ministre a également annoncé le lancement, dans les prochaines semaines, d’un débat public et citoyen sur le modèle et le financement de la perte d’autonomie à l'horizon 2025-2030.
Une consultation citoyenne sera organisée aux niveaux national et territorial et permettra à chacun de s’exprimer et de contribuer.

Aujourd’hui, la France compte 1,5 million de personnes de 85 ans et plus. A l’horizon 2050, elles seront 4,8 millions. L’accompagnement des personnes âgées en perte d’autonomie est donc l’affaire de tous !

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

29 septembre 2017
Cardio-vasculaires

Surveiller ses dents, c’est protéger son cœur

Surveiller ses dents, c’est protéger son cœur

Plusieurs études affirment qu'une mauvaise hygiène bucco-dentaire augmente le risque de maladies cardiaques. Une raison de plus pour les personnes âgées de prendre soin de  leurs dents.

 

Les personnes âgées sont en première ligne pour les risques cardiovasculaires et elles sont aussi les premières, en cas de perte d’autonomie, à négliger leur santé bucco-dentaire. La vigilance est de mise d’autant plus que des études épidémiologiques ont établi qu’une mauvaise santé bucco-dentaire augmenterait les risques cardiovasculaires, comme l’athérosclérose ou l’accident vasculaire cérébral (AVC). Il existerait en effet une relation étroite entre les maladies bucco-dentaires (caries, gingivites, parodontites) et les maladies cardiovasculaires.

Quel rapport entre les dents et le cœur ?

 

Comme l’explique l’Union française de la santé bucco-dentaire (UFSBD), « une carie non soignée tout comme une gencive malade sont de véritables portes d’entrées pour des bactéries ou des toxines. Les bactéries présentent dans la bouche peuvent migrer dans la circulation générale et venir se greffer sur votre cœur avec un risque d’endocardite. L’endocardite est une inflammation de la paroi qui tapisse le cœur et les valves cardiaques, cette maladie infectieuse peut être mortelle. Les maladies de la bouche sont les premières causes d’endocardite infectieuse ».  

 

Les personnes qui souffrent de gingivite (inflammation de la gencive) ou de parodontite (inflammation des tissus qui entourent les dents) sont donc plus susceptibles de souffrir d’athérosclérose. La raison ? Certaines des bactéries qui s’infiltrent entre les dents peuvent migrer dans tout le corps via la circulation sanguine et causer une inflammation qui entraîne l’obstruction des artères.


Si vous souffrez d’une maladie cardio-vasculaire, il est nécessaire d’en informer votre dentiste. Donnez-lui aussi la liste des médicaments qui vous ont été prescrits par votre médecin.