L’année 2019 marquera-t-elle un vrai virage dans la politique d’accompagnement des personnes âgées en perte d’autonomie ? Une loi « Grand âge et autonomie » a été promise par le gouvernement notamment pour régler l’éternelle question du financement de la prise en charge de la dépendance.

Les Français sont préoccupés par la question de la perte d’autonomie et attendent des solutions pour les personnes âgées. Pour preuve, leur forte mobilisation pour contribuer à la consultation citoyenne en ligne « Comment mieux prendre soin de nos aînés ? », dans le cadre de la concertation nationale « Grand âge et autonomie » : 414.000 personnes de tous âges ont participé. Elles ont posté pas moins de 18.000 propositions. Au total, 1,7 million de votes ont été enregistrés ! Cette consultation « se distingue par son ampleur exceptionnelle », s’est félicité le ministère des Solidarités et de la Santé.

Sans surprise, les Français plébiscitent le maintien à domicile des personnes âgées en perte d’autonomie et définissent trois priorités : l’adaptation des logements, l’équipement en solutions innovantes et le développement d’une vraie offre de services à domicile. En 2015, la loi d’adaptation de la société au vieillissement, dite loi ASV, avait donné la priorité au soutien à domicile et à l’aide aux aidants. La future loi sur le grand âge devrait renforcer ces deux axes. La concertation se poursuit, un rapport préparatoire pour le projet de loi doit être remis au gouvernement en janvier.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

Consommer entre 25 à 29 grammes de fibres alimentaires par jour permettrait de réduire l'apparition de certaines pathologies comme le diabète de type 2, les maladies cardio-vasculaires, le cancer colorectal.

Selon une enquête IPSOS, 49% des Français se disent mal informés sur les signes d'alerte de l'AVC. Et ils ne sont que 39% à connaître les bons réflexes à adopter. A l'occasion de la journée mondiale de l'accident vasculaire cérébral (AVC), qui se tiendra le 29 octobre, voici les signes à reconnaître pour agir vite face à cette urgence médicale.

Les seniors sont largement « représentés » chez les victimes d’accident vasculaire cérébral (AVC). Face à un AVC, on a 4 heures 30 pour agir. Chaque minute compte dès le premier symptôme et, le pronostic d’une personne souffrant d’AVC dépend de la rapidité de sa prise en charge. Appelez le 15 !

Essoufflement, fatigue, palpitations... Ces symptômes peuvent être les signes d'une Fibrillation Atriale (FA), un trouble du rythme cardiaque. Cette pathologie touche 1% de la population française, notamment les plus de 65 ans et, représente un facteur de risque majeur de l'Accident Vasculaire Cérébral (AVC).

En France, l’aphasie, cette perte totale ou partielle du langage, touche plus de 300.000 personnes. Être aidant d'une personne aphasique est compliqué. Des formations existent.

En France, un accident vasculaire cérébral (AVC) survient toutes les quatre minutes. Le risque augmente fortement avec l’âge. Il est essentiel de reconnaître les signes pour réagir vite. Le 29 octobre, journée mondiale de l'accident vasculaire cérébral (AVC) est l'occasion de s'informer