Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a présenté le 30 mai sa feuille de route pour les personnes âgées. L’objectif est double : améliorer dans l’immédiat la qualité de vie des personnes âgées; anticiper et faire face au défi de la perte d’autonomie.

Le gouvernement s’engage notamment à déployer un « plan global d’aide aux aidants » qui devrait comprendre les mesures suivantes : la mise à disposition d’une information exhaustive sur les dispositifs existants; le développement de solutions de répit adaptées aux besoins des aidants, y compris à domicile; le développement de l’accueil de jour et de l’hébergement temporaire pour les personnes âgées; l’amélioration des conditions de l’articulation entre vie professionnelle et soutien aux personnes âgées. 

La ministre a également annoncé le lancement, dans les prochaines semaines, d’un débat public et citoyen sur le modèle et le financement de la perte d’autonomie à l'horizon 2025-2030.
Une consultation citoyenne sera organisée aux niveaux national et territorial et permettra à chacun de s’exprimer et de contribuer.

Aujourd’hui, la France compte 1,5 million de personnes de 85 ans et plus. A l’horizon 2050, elles seront 4,8 millions. L’accompagnement des personnes âgées en perte d’autonomie est donc l’affaire de tous !

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

Tout droit venu du Canada, le baluchonnage, rebaptisé relayage en France, est une solution de répit proposée aux aidants de personnes handicapées ou âgées. Cette solution - qui devrait être expérimentée en 2018 - permet à l'aidant de se reposer et de  bénéficier d'un relais par un professionnel, 24 heures sur 24, au domicile de son proche.

L’association France Parkinson propose un programme de formation gratuit, spécifiquement dédié aux aidants. Il comprend une réunion d’information permettant d’échanger sur la maladie et ses aspects quotidiens, et 6 modules thématiques pour d’approfondir ses connaissances.

À l’approche de la Journée mondiale de la maladie d’Alzheimer le 21 septembre 2017, la Fondation Médéric Alzheimer dévoile les premiers résultats d’un baromètre sur la situation actuelle des aidants de personnes âgées. 

Partir en vacances lorsque l’on s’occupe d’un proche dépendant, c’est possible ! Des solutions existent pour permettre aux aidants de s’accorder une parenthèse avec la personne aidée.

Six Français sur dix (73% des plus de 65 ans) se sentent concernés à titre personnel par la prise en charge du grand âge et de la dépendance, selon un sondage Odoxa*. Mais, ils sont 68% à juger que "la prise en charge de l'accompagnement du grand âge et de la perte d'autonomie en France est aujourd'hui insatisfaisante".

« Savoir être aidant » est un nouvel outil de formation pédagogique en ligne, accessible à tous les aidants gratuitement afin de les informer sur les enjeux du bien-vieillir et de les accompagner au quotidien.

L'association France Parkinson propose aux malades une « carte médicale Parkinson » pour prévenir les arrêts accidentels de traitements lors de situations d’urgence et un auto-questionnaire en ligne pour repérer les troubles du comportement liés aux traitements. Présentation.

Auxivision est la première application communautaire regroupant toutes les informations essentielles pour les personnes malvoyantes et non-voyantes et leurs aidants. un outil utile pour leur faciliter la vie quotidienne.

A la demande de la Direction générale de la Santé, l'Institut d'enquêtes Ipsos vient de lancer une vaste étude informative sur les maladies neurodégénératives (maladie d’Alzheimer ou maladie apparentée, maladie de Parkinson, sclérose en plaques). Objectif : identifier les besoins en matière d’information et de soutien après l’annonce du diagnostic.

Les salarié(e)s ayant interrompu leur activité professionnelle pour s'occuper, à titre non professionnel, d'une personne handicapée en qualité d'aidant familial ou de tierce personne peuvent bénéficier d'une retraite à taux plein à 65 ans, contre 67 ans pour les autres assurés.

Page 1 sur 3