La réussite du maintien à domicile d’une personne âgée dépendante ou d’une personne handicapée repose sur un trinôme : la personne aidée, l’aidant professionnel et l’aidant familial.

En France, 8,3 millions de personnes - dont 57% de femmes -  accompagnent un proche dépendant de façon régulière et non professionnelle. Presque la moitié des aidants occupent parallèlement un emploi. Favoriser la conciliation entre vie professionnelle et vie personnelle des aidants reste un enjeu de taille.

Si la loi du 28 décembre 2015 relative à l’adaptation de la société au vieillissement a consacré un statut juridique des aidants et transformé le congé de soutien familial en congé de proche aidant, des avancées restent à faire. Mais les lignes bougent dans le bon sens en 2018.

Ainsi, la loi permettant à des salariés de faire don de leurs jours de repos à un collègue aidant un proche âgé dépendant ou handicapé est parue au Journal Officiel le 14 février.
Pour soutenir les aidants, une proposition de loi qui sera examinée en mars par le Parlement préconise d'indemniser le congé du proche aidant et de prendre en compte cette tâche « invisible » et « gratuite » dans les droits à la retraite.

Un pas de plus vers davantage de reconnaissance pour les aidants familiaux, ces acteurs clés du maintien à domicile.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

En adoptant tôt un mode de vie qui permet de maintenir la forme physique et intellectuelle, chacun peut retarder de plusieurs années le déclin cognitif lié à la maladie d'Alzheimer. Découvrez les conseils de la Fondation de la recherche médicale.

En 2020,1 Français sur 4 de plus de 65 ans sera touché par la maladie d'Alzheimer. A l'occasion de la journée mondiale Alzheimer, le 21 septembre, le Dr Stéphane Epelbaum, neurologue spécialiste de la maladie d’Alzheimer à l’Institut de la Mémoire et de la Maladie d’Alzheimer (IM2A) à la Pitié Salpêtrière et chercheur à l’ICM, fait le point sur cette pandémie neurologique.

Partir en vacances lorsque l’on s’occupe d’un proche dépendant, c’est possible ! Des solutions existent pour permettre aux aidants de s’accorder une parenthèse avec la personne aidée.

« Savoir être aidant » est un nouvel outil de formation pédagogique en ligne, accessible à tous les aidants gratuitement afin de les informer sur les enjeux du bien-vieillir et de les accompagner au quotidien.

Certaines applications mobiles sont très pratiques pour aider au quotidien les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer ou de Parkinson et leurs aidants. Tour d'horizon.

A la demande de la Direction générale de la Santé, l'Institut d'enquêtes Ipsos vient de lancer une vaste étude informative sur les maladies neurodégénératives (maladie d’Alzheimer ou maladie apparentée, maladie de Parkinson, sclérose en plaques). Objectif : identifier les besoins en matière d’information et de soutien après l’annonce du diagnostic.

Une nouvelle approche thérapeutique à domicile, dite «  occupationnelle », peut ralentir leur perte d’autonomie et réduire les troubles du comportement chez des patients atteints de démence et notamment de la maladie d’Alzheimer, annonce l’Inserm.

Chez les personnes âgées, l'activité physique et l'activité cognitive augmentent chacune le volume de matière grise de régions cérébrales spécifiques. Ces deux types d'occupation seraient ainsi complémentaires et bénéfiques, même tardivement, pour retarder les effets du vieillissement sur la santé cérébrale. Explications de l’Inserm.

L’association France Alzheimer et maladies apparentées et l’équipe de recherche de l’Hôpital Broca (Assistance Publique – Hôpitaux de Paris, Université Paris Descartes) publient les résultats d’une enquête sur l’utilisation des aides technologiques dans l’accompagnement des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée.

Plus de 15% des disparitions signalées dans les gendarmeries concernent des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. En cas de disparition de votre proche, il est impératif d'agir vite. Conseils à suivre.

Page 1 sur 4