Débutée en octobre dernier, la concertation « Grand âge et autonomie » vient de prendre fin. La consultation en ligne des Français sur la question « Comment mieux prendre soin de nos aînés » avait rencontré un franc succès : 414.000 participants pour plus de 18.000 contributions citoyennes. Sans surprise, les répondants ont d’abord demandé à pouvoir vieillir chez eux.
Dix groupes de travail ont rendu leurs conclusions sur des sujets tels que la place de la personne âgée à l’hôpital, le panier de biens et services, l’offre de demain, ou encore l’articulation entre les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et le domicile, et des forums régionaux ont enrichi cette réflexion. Les enseignements de tous ces travaux donneront lieu à un rapport remis le 28 mars au gouvernement.
Et ensuite ? Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé a promis, le 12 mars, lors des Assises nationales des Ehpad à Paris, que le gouvernement passera alors « à l'action » dans les semaines suivantes en vue d'« apporter des solutions immédiates et des solutions de long terme ».
La loi d’adaptation de la société au vieillissement (ASV) de décembre 2015 a placé le maintien à domicile des personnes âgées dépendantes au cœur des préoccupations. Le futur projet de loi « grand âge » attendu pour la fin de l'année devra également répondre à cette attente forte des Français : vieillir chez eux le plus longtemps possible.
Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

Le site Aidant & Eve informe les proches aidants de personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer grâce à un jeu sérieux (serious game), des fiches-conseils thématiques et un forum de discussion.

Près de 7 mois après l'entrée en vigueur du déremboursement total des médicaments dits « anti-Alzheimer », France Alzheimer publie les résultats d'un sondage réalisé auprès de 2.500 personnes. « En l'absence de solutions pérennes, les familles sont démunies et cette décision dangereuse n'a fait qu'accroître leur détresse financière, psychologique et médicale », considère l'association.

La maladie d'Alzheimer engendre des besoins nutritionnels spécifiques. Conçu par des diététiciennes de terrain, l'ouvrage « Alimentation et Alzheimer : s'adapter au quotidien, guide pratique à l'usage des aidants » fournit aux professionnels et aux familles « les clés d'une alimentation adaptée au quotidien ».

Le stress augmente de façon significative le risque de développer une maladie cardio-vasculaire. La Fédération Française de Cardiologie rappelle quelques conseils pratiques pour apprendre à gérer son stress. Pour bien vieillir, il faut vieillir zen.

À l'occasion de la journée mondiale de la maladie d'Alzheimer du 21 septembre, la Société Française de Neurologie (SFN), la Fondation pour la Recherche sur Alzheimer (FRA) et l'Association France-Alzheimer (FA) se sont associées pour réaliser une enquête d'opinion sur les Français et la maladie d'Alzheimer.

 

Agnès Buzyn, la ministre des Solidarités et de la Santé, a annoncé le déremboursement de 4 médicaments contre la maladie d'Alzheimer. Cette décision sera effective à partir du 1er août 2018. Explications.

En adoptant tôt un mode de vie qui permet de maintenir la forme physique et intellectuelle, chacun peut retarder de plusieurs années le déclin cognitif lié à la maladie d'Alzheimer. Découvrez les conseils de la Fondation de la recherche médicale.

En 2020,1 Français sur 4 de plus de 65 ans sera touché par la maladie d'Alzheimer. A l'occasion de la journée mondiale Alzheimer, le 21 septembre, le Dr Stéphane Epelbaum, neurologue spécialiste de la maladie d’Alzheimer à l’Institut de la Mémoire et de la Maladie d’Alzheimer (IM2A) à la Pitié Salpêtrière et chercheur à l’ICM, fait le point sur cette pandémie neurologique.

Partir en vacances lorsque l'on s'occupe d'un proche dépendant, c'est possible ! Des solutions existent pour permettre aux aidants de s'accorder une parenthèse avec la personne aidée.

« Savoir être aidant » est un nouvel outil de formation pédagogique en ligne, accessible à tous les aidants gratuitement afin de les informer sur les enjeux du bien-vieillir et de les accompagner au quotidien.

Page 1 sur 5