On les a longtemps surnommés « Les Invisibles ». Ils tendent à l’être de moins en moins. Eux, ce sont les 11 millions de proches aidants d’une personne en perte d’autonomie. Plus de 4,5 millions d’entre eux accompagnent une personne âgée dépendante. L’actualité de ces dernières semaines montre que la reconnaissance des proches aidants avance pas à pas. Une reconnaissance de leur rôle essentiel aux côtés des professionnels du grand âge et du handicap mais également de leurs besoins d’être aidés, soutenus, soulagés, relayés.
La parution d’une récente loi sur la reconnaissance des proches aidants prévoit d'intégrer dans la négociation collective des branches professionnelles des mesures destinées à faciliter la conciliation entre la vie professionnelle et la vie personnelle des salariés proches aidants.
La ministre des Solidarités et de la Santé a annoncé qu’une série de mesures pour les proches aidants serait en réflexion cet été afin d’entrer en vigueur dès 2020. L’indemnisation du congé du proche aidant devrait être au programme. Depuis le 10 mai et jusqu’à fin 2021, des expérimentations de deux nouveaux dispositifs de répit pour les proches aidants sont lancées : le relayage et les séjours de répit aidant-aidé.
Les proches aidants sortent peu à peu de l’oubli. Pour les professionnels de l’aide à domicile, ces conjoints, enfants, frères et sœurs, amis, voisins des personnes en perte d’autonomie sont considérés, depuis longtemps, comme de précieux partenaires.
Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

Près de 400 000 personnes sont touchées par un cancer chaque année en France et plus de 157 000 en décèdent. Un tiers des Français reste persuadé qu'il n'y a aucun moyen pour éviter la maladie. Un fatalisme erroné. L'Institut national du cancer, en lien avec le ministère des Solidarités et de la Santé, rappelle, dans une campagne d'information, que chacun peut agir sur son risque de cancer grâce à des changements de comportements et d'habitudes de vie.

L'association « Patients en réseau » a développé Mon réseau cancer du sein et Mon réseau cancer du poumon pour aider les malades et leurs proches à s'informer et sortir de leur isolement. Présentation.

Sur les 355 000 cancers diagnostiqués chaque année en France, environ 140 000 pourraient être évités, soit environ 40 % des cas, en supprimant l'alcool et en adaptant le contenu de son assiette. Et vous, où en êtes vous ?

Plus d'un nouveau cas de cancer sur trois touche déjà des personnes de plus de 75 ans. Mais selon l'Observatoire sociétal des cancers, les seniors sont encore trop souvent diagnostiqués tardivement et ne bénéficient pas toujours des traitements les mieux adaptés à leur âge.

À compter du 1er mars, les médecins traitants pourront désormais prescrire des activités physiques adaptées aux patients atteints d'Affections de Longue Durée (ALD). En France, plus de 9 millions de personnes souffrent d'une des 30 ALD reconnues.

En France, le mois de mars est consacré à la sensibilisation au cancer colorectal.  Deuxième cancer le plus meurtrier, le cancer colorectal se guérit pourtant dans 9 cas sur 10 s'il est détecté à un stade précoce. Il important que les femmes et les hommes âgés de 50 à 74 ans participent au dépistage.

Plus de 2 millions de Français souffrent de dénutrition. Et plus précisément : 50 % des personnes âgées hospitalisées, 40 % des malades d'Alzheimer et des personnes âgées vivant en établissement.

« 40 % des cancers pourraient être évités si nous changeons nos comportements quotidiens ». C'est l'affirmation que l'Institut national du cancer (INCa) et le ministère de la Santé mettent en avant dans une nouvelle campagne de prévention, qui a débutée le 19 septembre.

Le 5ème rapport de l’Observatoire sociétal des cancers, édité par Ligue contre le cancer avec le soutien de la Fondation Macif, met en lumière les « Aidants », ces combattants silencieux du cancer. Aujourd’hui 1 Français sur 10 aide une personne atteinte de cancer.

Besoin d’informations ou de soutien ou tout simplement de parler pour mieux accompagner un proche dépendant, handicapé ou malade. Voici la liste des numéros au service des aidants.

Page 1 sur 2