L’éternelle question du financement de la dépendance va revenir en débat, dans les semaines à venir. En juin dernier, le président de la République a promis une loi votée avant fin 2019. « Nous devons avoir un débat national, indispensable pour répondre au nouveau risque de la dépendance. Sur ce sujet, l'année 2019 sera consacrée à une loi qui sera votée avant la fin de l’année. », avait déclaré Emmanuel Macron, lors de son discours devant le congrès de la Mutualité à Montpellier.

Deux tiers des Français considèrent que l'État et les pouvoirs publics doivent "prendre en charge financièrement les personnes âgées dépendantes", et seul un tiers est favorable à une nouvelle cotisation sociale "obligatoire pour tous", selon un sondage rendu public, en mars, par la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees).

L’enjeu est de taille. D’ici à 2050, la France comptera près de 5 millions de plus de 85 ans, contre 1,5 million aujourd’hui. Face à ce choc démographique, les dépenses liées à la dépendance, estimées aujourd’hui à près de 30 milliards d’euros annuels (24 milliards d’euros en dépenses publiques, le reste reposant sur les ménages), pourraient exploser.

Un débat de société qui permettra de remettre au cœur des préoccupations le devenir des personnes âgées en perte d’autonomie.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

Les personnes âgées restent les plus touchées par l'épidémie de grippe, dont le pic est attendu cette semaine. Cette année, le virus de type A (H3N2) est proche de celui qui avait contribué, il y a deux ans, à une surmortalité de 18.000 personnes. 

Alors que la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière est en cours, l’Agence nationale du médicament rappelle qu’aucun médicament homéopathique ne peut être considéré comme un vaccin. Pour rappel, près de 9500 personnes âgées de plus de 65 ans meurent chaque année faute d'une couverture vaccinale suffisante.

La grippe se transmet par les postillons, les éternuements, la toux, la salive et les mains. Quelques gestes simples permettent d’éviter de l’attraper et de limiter sa propagation. A adopter par la personne âgée elle-même et tout son entourage.

Les 65-75 ans rechignent à se faire vacciner contre la grippe. Plus de la moitié des seniors refusent le vaccin antigrippal parce qu’ils le trouvent inefficace ou dangereux. Mais cette perte de confiance fait des ravages parmi les 65–75 ans. Beaucoup d’idées reçues et de rumeurs circulent sur le vaccin de la grippe. Le point pour remettre les pendules à l'heure.

La période hivernale est à risques pour les personnes âgées dépendantes. Quelques précautions sont à prendre pour protéger les plus fragiles durant les vagues de grand froid.

Avec 2,1 millions de personnes déjà touchés, la France connaît sa plus importante épidémie de grippe depuis cinq ans.  Les plus sévèrement touchés sont les plus de 65 ans.