On les a longtemps surnommés « Les Invisibles ». Ils tendent à l’être de moins en moins. Eux, ce sont les 11 millions de proches aidants d’une personne en perte d’autonomie. Plus de 4,5 millions d’entre eux accompagnent une personne âgée dépendante. L’actualité de ces dernières semaines montre que la reconnaissance des proches aidants avance pas à pas. Une reconnaissance de leur rôle essentiel aux côtés des professionnels du grand âge et du handicap mais également de leurs besoins d’être aidés, soutenus, soulagés, relayés.
La parution d’une récente loi sur la reconnaissance des proches aidants prévoit d'intégrer dans la négociation collective des branches professionnelles des mesures destinées à faciliter la conciliation entre la vie professionnelle et la vie personnelle des salariés proches aidants.
La ministre des Solidarités et de la Santé a annoncé qu’une série de mesures pour les proches aidants serait en réflexion cet été afin d’entrer en vigueur dès 2020. L’indemnisation du congé du proche aidant devrait être au programme. Depuis le 10 mai et jusqu’à fin 2021, des expérimentations de deux nouveaux dispositifs de répit pour les proches aidants sont lancées : le relayage et les séjours de répit aidant-aidé.
Les proches aidants sortent peu à peu de l’oubli. Pour les professionnels de l’aide à domicile, ces conjoints, enfants, frères et sœurs, amis, voisins des personnes en perte d’autonomie sont considérés, depuis longtemps, comme de précieux partenaires.
Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

Près de 400 000 personnes sont touchées par un cancer chaque année en France et plus de 157 000 en décèdent. Un tiers des Français reste persuadé qu'il n'y a aucun moyen pour éviter la maladie. Un fatalisme erroné. L'Institut national du cancer, en lien avec le ministère des Solidarités et de la Santé, rappelle, dans une campagne d'information, que chacun peut agir sur son risque de cancer grâce à des changements de comportements et d'habitudes de vie.

Des aliments mal conservés, pas assez cuits, ou des transferts de contaminants entre aliments, peuvent rendre malades notamment les personnes âgées, plus vulnérables. L'été, en raison de plus fortes chaleurs, la vigilance est de mise.

Les régimes de retraite, en partenariat avec Santé publique France, lancent le site « pourbienvieillir.fr », à destination des personnes de 55 ans et plus. Informations, conseils, astuces pour une « avancée en âge » réussie.

La nutrition est un élément clé d'un vieillissement réussi. Les personnes âgées notamment fragilisées doivent porter une attention particulière à leur alimentation. Conseils de Monique Ferry, chercheur Inserm à l’Université Paris 13 et ancien médecin des hôpitaux en gériatrie.

Perte du goût et de l’odeur des aliments, difficultés de mastication, baisse de moral… Il existe des causes multiples à la perte d’appétit chez la personne âgée. Toutefois,  il est  possible de réconcilier votre proche avec son assiette.

Le Collectif de lutte contre la dénutrition,  lance, le 26 novembre, une campagne de prévention contre cette maladie, qui touche deux millions de personnes en France. Le risque de dénutrition concerne de 2 % à 4 % des personnes âgées vivant à domicile entre 60 et 80 ans et peut atteindre 10 % au-delà de 80 ans.