La période de fin d'année est synonyme de festivités et de retrouvailles notamment en famille. Néanmoins, cette période peut s'avérer difficile pour les personnes âgées, notamment celles qui sont en perte d’autonomie.

Bien entendu, des précautions sont à prendre pour prévenir les affections saisonnières chez les plus fragiles telles que la gastro-entérite ou la grippe. Mais la vigilance s’impose pour éviter un mal plus insidieux, plus silencieux : celui de la solitude des personnes âgées. En France, près d’un quart des personnes de plus de 70 ans souffre d’isolement social. 1 personne âgée sur 4 est seule dans l’Hexagone.

Eclatement de la famille, perte du conjoint, éloignement des enfants, diminution des capacités physiques, précarité économique… beaucoup de raisons peuvent conduire à vieillir seul (e).
Selon la Fondation Médéric Alzheimer, la solitude est considérée comme un déterminant du déclin cognitif chez les personnes âgées. Autre constat : la solitude des aidants familiaux face à la maladie de leur proche âgé aboutit à ce que 38% d’entre eux meurent avant la personne dont ils ont la charge.

La priorité, c’est donc de lutter contre cette solitude et, avant tout, de la repérer. Les professionnels de l’accompagnement à domicile sont de véritables sentinelles pour lutter contre ce fléau. L’aide à domicile permet de renouer le lien social. Les mairies, les communes et les centres communaux d’action sociale (CCAS) proposent des dispositifs afin de réduire les conséquences de l’isolement chez les personnes âgées : des bénévoles rendent visite aux personnes âgées chez eux une fois par semaine afin de leur tenir compagnie.

71% des Français se disent prêts à s'engager contre la solitude des personnes âgées. Et si vous commenciez dès aujourd’hui ?

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile. Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

Partir en vacances lorsque l’on s’occupe d’un proche dépendant, c’est possible ! Des solutions existent pour permettre aux aidants de s’accorder une parenthèse avec la personne aidée.

Plus de sept aidants sur dix vivent mieux leur situation depuis qu’ils participent à un Café des Aidants. Selon une étude de l’Association française des aidants, ces lieux d’échanges sont bénéfiques à plus d’un titre. Explications.

Les salarié(e)s ayant interrompu leur activité professionnelle pour s'occuper, à titre non professionnel, d'une personne handicapée en qualité d'aidant familial ou de tierce personne peuvent bénéficier d'une retraite à taux plein à 65 ans, contre 67 ans pour les autres assurés.

Echanger, se soutenir, s'informer... Un certain nombre d'applications mobiles existent aujourd'hui pour soulager les aidants de personnes en perte d'autonomie. Passage en revue d'outils bien utiles au quotidien.

Près de 77 % des maltraitances sur des seniors ont lieu au sein même du cercle familial. Et les personnes risquant d’avoir des comportements maltraitants sont souvent celles qui s’occupent le plus des personnes dépendantes.

Ce vendredi 6 octobre a lieu la 8ème édition de la journée nationale des aidants de personnes âgées en perte d’autonomie ou handicapées. En France, près de 50% des aidants ont une activité professionnelle. Pas toujours facile de concilier l’aide apportée au quotidien à un proche et vie active.

Parler à cœur ouvert de son vécu, échanger avec des personnes confrontées à la même situation, obtenir du réconfort et du soutien. Les groupes de parole offrent de moments de partage aux aidants.