Débutée en octobre dernier, la concertation « Grand âge et autonomie » vient de prendre fin. La consultation en ligne des Français sur la question « Comment mieux prendre soin de nos aînés » avait rencontré un franc succès : 414.000 participants pour plus de 18.000 contributions citoyennes. Sans surprise, les répondants ont d’abord demandé à pouvoir vieillir chez eux.
Dix groupes de travail ont rendu leurs conclusions sur des sujets tels que la place de la personne âgée à l’hôpital, le panier de biens et services, l’offre de demain, ou encore l’articulation entre les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et le domicile, et des forums régionaux ont enrichi cette réflexion. Les enseignements de tous ces travaux donneront lieu à un rapport remis le 28 mars au gouvernement.
Et ensuite ? Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé a promis, le 12 mars, lors des Assises nationales des Ehpad à Paris, que le gouvernement passera alors « à l'action » dans les semaines suivantes en vue d'« apporter des solutions immédiates et des solutions de long terme ».
La loi d’adaptation de la société au vieillissement (ASV) de décembre 2015 a placé le maintien à domicile des personnes âgées dépendantes au cœur des préoccupations. Le futur projet de loi « grand âge » attendu pour la fin de l'année devra également répondre à cette attente forte des Français : vieillir chez eux le plus longtemps possible.
Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

Près de 400 000 personnes sont touchées par un cancer chaque année en France et plus de 157 000 en décèdent. Un tiers des Français reste persuadé qu'il n'y a aucun moyen pour éviter la maladie. Un fatalisme erroné. L'Institut national du cancer, en lien avec le ministère des Solidarités et de la Santé, rappelle, dans une campagne d'information, que chacun peut agir sur son risque de cancer grâce à des changements de comportements et d'habitudes de vie.

Santé Publique France a présenté ses nouvelles recommandations simples, pratiques et accessibles pour faire les meilleurs choix alimentaires et adopter un mode de vie plus actif. Alimentation, activité physique et sédentarité pour les adultes : le point sur les bonnes habitudes à adopter en 2019.

Consommer entre 25 à 29 grammes de fibres alimentaires par jour permettrait de réduire l'apparition de certaines pathologies comme le diabète de type 2, les maladies cardio-vasculaires, le cancer colorectal.

La maladie d'Alzheimer engendre des besoins nutritionnels spécifiques. Conçu par des diététiciennes de terrain, l'ouvrage « Alimentation et Alzheimer : s'adapter au quotidien, guide pratique à l'usage des aidants » fournit aux professionnels et aux familles « les clés d'une alimentation adaptée au quotidien ».

Des aliments mal conservés, pas assez cuits, ou des transferts de contaminants entre aliments, peuvent rendre malades notamment les personnes âgées, plus vulnérables. L'été, en raison de plus fortes chaleurs, la vigilance est de mise.

En adoptant tôt un mode de vie qui permet de maintenir la forme physique et intellectuelle, chacun peut retarder de plusieurs années le déclin cognitif lié à la maladie d'Alzheimer. Découvrez les conseils de la Fondation de la recherche médicale.

Sur les 355 000 cancers diagnostiqués chaque année en France, environ 140 000 pourraient être évités, soit environ 40 % des cas, en supprimant l'alcool et en adaptant le contenu de son assiette. Et vous, où en êtes vous ?

Plus de 2 millions de Français souffrent de dénutrition. Et plus précisément : 50 % des personnes âgées hospitalisées, 40 % des malades d'Alzheimer et des personnes âgées vivant en établissement.

Le vieillissement musculaire débute dès l’âge de 30 ans mais c’est à partir de la cinquantaine qu’une faiblesse musculaire commence à se faire sentir. Zoom sur les habitudes à prendre pour limiter cette fonte musculaire.

Le vieillissement s’accompagne de risques bucco-dentaires qui doivent être connus afin d’être évités. Conseils de l’Union nationale de santé bucco-dentaire (UFSB) pour bien vieillir avec des dents saines.

Page 1 sur 3