On les a longtemps surnommés « Les Invisibles ». Ils tendent à l’être de moins en moins. Eux, ce sont les 11 millions de proches aidants d’une personne en perte d’autonomie. Plus de 4,5 millions d’entre eux accompagnent une personne âgée dépendante. L’actualité de ces dernières semaines montre que la reconnaissance des proches aidants avance pas à pas. Une reconnaissance de leur rôle essentiel aux côtés des professionnels du grand âge et du handicap mais également de leurs besoins d’être aidés, soutenus, soulagés, relayés.
La parution d’une récente loi sur la reconnaissance des proches aidants prévoit d'intégrer dans la négociation collective des branches professionnelles des mesures destinées à faciliter la conciliation entre la vie professionnelle et la vie personnelle des salariés proches aidants.
La ministre des Solidarités et de la Santé a annoncé qu’une série de mesures pour les proches aidants serait en réflexion cet été afin d’entrer en vigueur dès 2020. L’indemnisation du congé du proche aidant devrait être au programme. Depuis le 10 mai et jusqu’à fin 2021, des expérimentations de deux nouveaux dispositifs de répit pour les proches aidants sont lancées : le relayage et les séjours de répit aidant-aidé.
Les proches aidants sortent peu à peu de l’oubli. Pour les professionnels de l’aide à domicile, ces conjoints, enfants, frères et sœurs, amis, voisins des personnes en perte d’autonomie sont considérés, depuis longtemps, comme de précieux partenaires.
Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

La Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA) lance, du 27 mai au 23 juin 2019, une nouvelle campagne d'information (à la télé et à la radio) pour répondre au besoin d’information des personnes âgées et de leurs proches, souligné lors de la concertation "grand âge et autonomie". 

Les Français attendent majoritairement de l'État plus de prise en charge de la dépendance et continuent de privilégier les solutions de prise en charge à domicile.

Six Français sur dix (73% des plus de 65 ans) se sentent concernés à titre personnel par la prise en charge du grand âge et de la dépendance, selon un sondage Odoxa*. Mais, ils sont 68% à juger que "la prise en charge de l'accompagnement du grand âge et de la perte d'autonomie en France est aujourd'hui insatisfaisante".

46,8 % des Français pensent que la dépendance des personnes âgées doit être un chantier du futur président de la République, soulignait, en janvier dernier, le Baromètre OCIRP France Info-Le Monde-LCP. A quelques semaines du scrutin présidentiel, voici le point sur les propositions des principaux candidats à l’Elysée.

Aujourd’hui 1.2 million de Français sont en situation de perte d’autonomie. Ils seront plus de 2 millions en 2040, du fait de l’allongement de la vie, de l’augmentation du nombre des personnes âgées et celui des personnes atteintes de maladies neurodégénératives. L’accompagnement des personnes en perte d’autonomie est donc, plus que jamais, un défi majeur pour nos sociétés.

Besoin d’informations ou de soutien ou tout simplement de parler pour mieux accompagner un proche dépendant, handicapé ou malade. Voici la liste des numéros au service des aidants.

Près de la moitié des seniors français ne pratique aucune activité physique. Or, la sédentarité et le manque d’activité physique régulière sont l’un des facteurs les plus délétères pour la santé.

A partir de 65 ans, 40 % des personnes présentent des signes de fragilités. Il est primordial de savoir reconnaître ces signes pour prévenir la perte d'autonomie.