Il y a 15 ans, la canicule d’août 2003 provoquait la mort de près de 15.000 personnes âgées en 15 jours. La France a tiré les enseignements de ce tragique événement. Depuis 2004, le gouvernement met en place chaque année un dispositif de surveillance, de prévention et d’action : le Plan Canicule pour prévenir les risques liés aux fortes chaleurs pour les personnes âgées vivant à domicile ou en établissement.

Mais cette canicule meurtrière a été également révélatrice de la problématique de l’isolement social des personnes âgées.

En 2014, le rapport MONALISA (Mobilisation Nationale contre l’Isolement Social des Agés) montrait que la France est le troisième pays d’Europe le plus touché par le problème de l’isolement : 23% des 5 millions des personnes isolées sont âgées de plus de 75 ans. En 2017, une étude réalisée par l'institut CSA pour les Petits frères des Pauvres dresse également un état des lieux préoccupant : 6% des personnes âgées de 60 ans et plus, soit 900.000 personnes, sont isolées des cercles amical et familial. Elles sont 300.000 à se sentir isolées des quatre cercles de proximité : famille, amis, voisinage, réseaux associatifs.

Les personnes âgées sont donc encore trop nombreuses à avoir pour seule compagnie leur solitude. Sur ce plan, 15 ans après la canicule historique, la société française a encore beaucoup à faire pour renouer et favoriser le lien social avec ses aînés.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

La loi d'adaptation de la société au vieillissement (ASV) a créé dans l'Allocation personnalisée d'autonomie (APA) à domicile un module dédié au « droit au répit », qui finance l'accès à des solutions temporaires permettant à l'aidant de « souffler ». Le montant de l'aide pourra être augmenté en cas de nécessité passagère, ou en cas d'hospitalisation du proche aidant.

Tout droit venu du Canada, le baluchonnage, rebaptisé relayage en France, est une solution de répit proposée aux aidants de personnes handicapées ou âgées. Cette solution - qui devrait être expérimentée en 2018 - permet à l'aidant de se reposer et de  bénéficier d'un relais par un professionnel, 24 heures sur 24, au domicile de son proche.

Jusqu'à présent un salarié pouvait donner un ou plusieurs jours de congé à un collègue, parent d'un enfant gravement malade. Depuis le 15 février, c'est également possible pour ceux qui prennent soin d'un proche dépendant (âgé ou en situation d'handicap). Explications.

Une mission parlementaire propose de créer un "statut spécifique" afin d'indemniser le congé du proche aidant et de prendre en compte cette tâche "invisible et gratuite" dans les droits à la retraite.

Les salariés qui aident un proche malade, âgé ou handicapé pourront bénéficier dès le 1er janvier 2017 du "congé proche aidant". Ce congé est élargi aux aidants sans lien de parenté avec les personnes qu'ils aident et aux aidants de personnes accueillies en établissement. 

Près de huit aidants sur 10 rencontrent des difficultés pour concilier vie professionnelle et rôle d’aidant. L'association France Alzheimer -  en collaboration avec l’Institut d’études OpinionWay -  publie les résultats d’une enquête nationale consacrée à l’accompagnement des personnes malades d’Alzheimer par les aidants en activité professionnelle.

Epuisement physique, stress, dépression, dénutrition, problème de sommeil... Environ 48% des aidants déclarent avoir des problèmes de santé qu’ils n’avaient pas avant d’être aidant.

Après l’Assemblée nationale en septembre dernier, le projet de loi d’adaptation de la société au vieillissement a été adopté en première lecture par le Sénat le 19 mars. Une enveloppe de 645 millions d’euros permettra de financer les diverses mesures consacrées au maintien à domicile. 

D’une durée de quelques jours ou de quelques semaines, l’accueil temporaire en établissement d’une personne âgée permet de soulager momentanément les aidants.

L’accueil de jour permet aux personnes âgées vivant à domicile et présentant une maladie d’Alzheimer d’être accueillies une ou plusieurs journées par semaine dans une structure adaptée.