L’année 2019 marquera-t-elle un vrai virage dans la politique d’accompagnement des personnes âgées en perte d’autonomie ? Une loi « Grand âge et autonomie » a été promise par le gouvernement notamment pour régler l’éternelle question du financement de la prise en charge de la dépendance.

Les Français sont préoccupés par la question de la perte d’autonomie et attendent des solutions pour les personnes âgées. Pour preuve, leur forte mobilisation pour contribuer à la consultation citoyenne en ligne « Comment mieux prendre soin de nos aînés ? », dans le cadre de la concertation nationale « Grand âge et autonomie » : 414.000 personnes de tous âges ont participé. Elles ont posté pas moins de 18.000 propositions. Au total, 1,7 million de votes ont été enregistrés ! Cette consultation « se distingue par son ampleur exceptionnelle », s’est félicité le ministère des Solidarités et de la Santé.

Sans surprise, les Français plébiscitent le maintien à domicile des personnes âgées en perte d’autonomie et définissent trois priorités : l’adaptation des logements, l’équipement en solutions innovantes et le développement d’une vraie offre de services à domicile. En 2015, la loi d’adaptation de la société au vieillissement, dite loi ASV, avait donné la priorité au soutien à domicile et à l’aide aux aidants. La future loi sur le grand âge devrait renforcer ces deux axes. La concertation se poursuit, un rapport préparatoire pour le projet de loi doit être remis au gouvernement en janvier.

Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

Depuis 2006, Colette Roumanoff accompagne au quotidien son époux atteint de la maladie d’Alzheimer. Elle appelle à un discours moins anxiogène sur cette maladie qu'elle rebaptise "confusionite".

D’une durée de quelques jours ou de quelques semaines, l’accueil temporaire en établissement d’une personne âgée permet de soulager momentanément les aidants.

Le site Alzjunior.org aide les enfants de 6 à 12 ans à mieux comprendre la maladie d'Alzheimer et maintenir le lien avec leur grand-parent malade.

Une société française a conçu Roméo, un robot capable d’aider les personnes âgées ou handicapées dans leur quotidien.

Le couchage est essentiel pour le confort de la personne âgée dépendante. Deux choix possibles : aménager le lit traditionnel ou passer au lit médicalisé.

Les intervenants des service d’aide à domicile peuvent désormais effectuer des aspirations endo-trachéales, sous certaines conditions de formation.

Les accidents médicamenteux entraînent plus de 128 000 hospitalisations par an. Les entreprises du médicament (Leem) lancent une campagne d’information pour sensibiliser les personnes âgées et leur entourage à la lutte contre la iatrogénie médicamenteuse, c'est-à-dire aux différents aspects du mauvais usage des médicaments. 

Afin d’éviter que la dépendance ne devienne un obstacle au maintien d’une personne âgée dans son cadre de vie, et de soulager votre rôle d'aidant, une garde de nuit peut être mise en place.

Le maintien de liens sociaux joue un rôle majeur dans le bien-vieillir et dans l'éloignement de la perte d'autonomie. Un rôle que remplissent les auxiliaires de vie sociale auprès des personnes âgées isolées.

Deuxième cause de handicap moteur majeur chez les personnes âgées après les accidents vasculaires cérébraux (AVC), la maladie de Parkinson est encore mal connue.

L’association France Alzheimer et maladies apparentées lance avec l’Institut d’études Opinion Way, une grande enquête nationale afin de recueillir la parole des personnes malades d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée.

Avec l'avancée en âgée, les facultés physiques ou mentales de la personne âgée peuvent être altérées. La mise en place d'une protection juridique peut alors être nécessaire. Explications.