Débutée en octobre dernier, la concertation « Grand âge et autonomie » vient de prendre fin. La consultation en ligne des Français sur la question « Comment mieux prendre soin de nos aînés » avait rencontré un franc succès : 414.000 participants pour plus de 18.000 contributions citoyennes. Sans surprise, les répondants ont d’abord demandé à pouvoir vieillir chez eux.
Dix groupes de travail ont rendu leurs conclusions sur des sujets tels que la place de la personne âgée à l’hôpital, le panier de biens et services, l’offre de demain, ou encore l’articulation entre les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et le domicile, et des forums régionaux ont enrichi cette réflexion. Les enseignements de tous ces travaux donneront lieu à un rapport remis le 28 mars au gouvernement.
Et ensuite ? Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé a promis, le 12 mars, lors des Assises nationales des Ehpad à Paris, que le gouvernement passera alors « à l'action » dans les semaines suivantes en vue d'« apporter des solutions immédiates et des solutions de long terme ».
La loi d’adaptation de la société au vieillissement (ASV) de décembre 2015 a placé le maintien à domicile des personnes âgées dépendantes au cœur des préoccupations. Le futur projet de loi « grand âge » attendu pour la fin de l'année devra également répondre à cette attente forte des Français : vieillir chez eux le plus longtemps possible.
Avec ses 80 agences en France, ses intervenants qualifiés et diplômés, DOMIDOM est l’acteur référent de l’accompagnement et de la prise en charge des seniors à domicile.
Votre partenaire expert vous offre DOMIMAG, le magazine du bien-vieillir chez vous qui vous informe, vous conseille, vous oriente.

Damien Cacaret - Docteur en pharmacie et fondateur du réseau Domidom

Les « Journées nationales de la macula » du 25 au 29 juin sont l'occasion de dépister toutes les atteintes de la macula, qui peuvent, souvent de façon insidieuse, entraîner une perte de vision définitive.

Maintenir une vie sociale en sortant plus souvent de son domicile malgré la perte d'autonomie : c'est important pour éviter l'isolement et c'est possible grâce aux dispositifs de transport accompagné.

La loi d'adaptation de la société au vieillissement (ASV) a créé dans l'Allocation personnalisée d'autonomie (APA) à domicile un module dédié au « droit au répit », qui finance l'accès à des solutions temporaires permettant à l'aidant de « souffler ». Le montant de l'aide pourra être augmenté en cas de nécessité passagère, ou en cas d'hospitalisation du proche aidant.

La Journée mondiale de lutte contre la maltraitance des personnes âgées a lieu le 15 juin. Près de 77 % des maltraitances sur des seniors ont lieu au sein même du cercle familial. Et les personnes risquant d’avoir des comportements maltraitants sont souvent celles qui s’occupent le plus des personnes dépendantes.

 

Agnès Buzyn, la ministre des Solidarités et de la Santé, a annoncé le déremboursement de 4 médicaments contre la maladie d'Alzheimer. Cette décision sera effective à partir du 1er août 2018. Explications.

Echanger, se soutenir, s'informer... Un certain nombre d'applications mobiles existent aujourd'hui pour soulager les aidants de personnes en perte d'autonomie. Passage en revue d'outils bien utiles au quotidien.

Le jardinage est un plaisir et une excellente activité physique pour les seniors. Des précautions sont à prendre pour éviter les risques de chutes dans son jardin.

Près de six millions de personnes âgées vivent chez elles avec une limitation fonctionnelle physique (marcher 500 mètres), sensorielle (voir et entendre distinctement) ou cognitive (conserver sa mémoire), révèle une étude de la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees).

Cinq mesures clés importantes permettent d’acquérir un mode de vie sain en vue de prévenir l’apparition d’un diabète de type 2 et de diminuer aussi le risque de développer d’autres maladies. Prévenir le diabète, c'est ne pas penser son mode de vie comme un problème ou une punition mais trouver un bon équilibre entre mesures bonnes pour la santé et plaisir.

Un nouveau dispositif dénommé "habilitation familiale" permet aux proches d’une personne vulnérable de pouvoir la représenter, sans avoir à déclencher une procédure de mise sous tutelle ou de curatelle.

En adoptant tôt un mode de vie qui permet de maintenir la forme physique et intellectuelle, chacun peut retarder de plusieurs années le déclin cognitif lié à la maladie d'Alzheimer. Découvrez les conseils de la Fondation de la recherche médicale.

La carte de l’aidant est destinée à toute personne venant en aide à un proche dépendant. Elle permet de nommer des personnes de confiance qui pourront prendre le relais dans les situations d’urgence (accident, malaises, hospitalisation…). Présentation.